Comité Départemental du Gers de Basket-Ball

L’instantané le plus long, au pays des gascons

Une saison figée : plongée gersoise dans un exercice inachevé.
 

Épisode 3 : l’histoire d’un derby
(Nationale Féminine 3, Poule C)

Eauze, 1er février 2020.
 
« Au siècle dernier » était jusqu’au mois dernier une réponse à la question « à quand remonte la dernière victoire d’une équipe gersoise contre l’équipe fanion de l’Étoile ? ».
 
Avouons qu’il n’y a pas eu foison d’occasions : les gimontoises ont accédé à la Nationale 2 en 2000, sous la houlette de l’incontournable Jean-Louis Degers, aujourd’hui reconverti coach de Castéra, leader de Prénationale Masculine. Pour la petite histoire, une décennie plus tôt (il y a donc 30 ans de cela), il entraînait Eauze... l’équipe de rugby, ça va de soi.
Les filles de l’ESG sont restées jusqu’en 2017 en NF2, s’imposant comme une place forte de la division, finaliste du championnat en 2011, année où le club refusa même une montée en N1F acquise sur le terrain, avec un des plus petits budgets de la division.
 
Peu auraient parié sur une défaite des rouges et blanches au bord de la Gélise, lors d’un face-à-face entre deux équipes aux ambitions opposées : troisième année de « purgatoire » pour les gimontoises, troisième saison, seulement, à ce niveau pour le BEC.
 
Un fossé reflété par les résultats des 13 premières journées : les deuxièmes de la poules se déplacent chez des élusates antépénultièmes, trois petites victoires au compteur, acquises aux dépens des deux seules élèves moins bien classées.
Le score du match aller ? 58-30, victoire sans contestation des joueuses de Cyrille Dufaure face à des visiteuses en panne d’adresse, comme souvent cette saison.
 
L’an passé, une place séparait les deux équipes au classement... une place mais 6 victoires, un gouffre, entre des gimontoises qui échouent à un point du duo de tête, et des phases finales pour l’accession, et des élusates qui ont assuré leur maintien au terme de l’avant-dernière journée, 5 équipes se tenant en 1 point.
 
Une fois n’est pas coutume, la rencontre a lieu un samedi soir. Parmi les spectateurs, le président du comité.
Une faillite gimontoise aux lancers francs, comme illustration d’une soirée sans, face à un départ tonitruant des jaunes et rouges devant des tribunes pleines, bruyantes... et un peu incrédules : +12 à la fin du premier quart (20-8).

Trajectoires sur les 10 dernières saisons

Etoile Sportive Gimontoise
2010-2011 : NF2 (1er)
2011-2012 : NF2 (11éme)
2012-2013 : NF2
2013-2014 : NF2
2014-2015 : NF2 (8ème)
2015-2016 : NF2 (5ème)
2016-2017 : NF2 (8ème)
2017-2018 : NF3 (3ème)
2018-2019 : NF3 (3ème)
2019-2020 : NF3

Basket Elusa Club
2010-2011 : RF2 (2ème)
2011-2012 : RF2 (2ème)
2012-2013 : PNF (2ème)
2013-2014 : PNF (5ème)
2014-2015 : PNF (2ème)
2015-2016 : PNF (2ème)
2016-2017 : NF3 (9ème)
2017-2018 : PNF (4ème)
2018-2019 : NF3 (4ème)
2019-2020 : NF3
Arrive l’inéluctable retour des visiteuses qui resserrent leur défense, reviennent à trois longueurs à la mi-temps, et passent devant en début de troisième quart-temps...
... pour la seule et unique fois de la partie. Avantage (immense : 1 point) pour les protégées de Ludovic Touja à l’orée de la dernière période. Pendant laquelle les deux armadas enquillent (20-17) ; les élusates gèrent tant bien que mal leur maigre avance.
 
8 secondes à jouer. +2 Eauze. Balle à Gimont. Tir dans la raquette. Raté. Cafouillage sous le cercle. Cafouillage sous le cercle. Cafouillage sous le cercle. Buzzer. Coup de sifflet de l’arbitre. Antisportive... rouge. 2 lancers. Convertis. 56-52 score final.
 
Peut-être bien le tournant de la saison pour les deux équipes : avec cette victoire inattendue, le BEC s’est complètement relancé pour le maintien et n’a depuis laissé échapper qu’une seule rencontre, alors que l’ESG a perdu ce soir-là, avec son cinquième revers de la saison, toute illusion de montée — même via une hypothétique place de meilleur deuxième.
 
Et peut-être pas : coté gimontois, le mal était déjà fait, avec trois défaites de rang (à Hagetmau, Tournefeuille et Avenir Chalosse, équipe largement en tête de la poule) à cheval sur 2019 et 2020... impériales à domicile, les étoilistes ne peuvent pas en dire autant loin des rives de la Gimone.
 
Côté élusate, que dire de la victoire acquise dans les dernières minutes à Laguenne (aux abords de Tulle) le week-end précédent — face à une formation certes mal classée mais qui a battu... Gimont lors du dernier round — après 8 défaites de rang et plus de 3 mois sans victoire, pour lancer une série de 5 victoires en 6 rencontres, et se hisser, provisoirement, hors de la zone rouge, avec une victoire d’avance, et le point-average, sur Laloubère ?
 
Il restait, sur le papier, quatre matchs sans enjeu pour les gimontoises, et une victoire aux élusates à aller grappiller pour espérer que des affrontements gerso-gersois encore aient lieu en NF3 la saison prochaine...


La statistique inutile : les gimontoises ont marqué exactement 200 points de plus qu’Eauze, qui est la seule équipe de la poule (et une des quatre sur les équipes de NF3 à avoir disputé 18 rencontres) à avoir marqué et encaissé moins de 1000 points.

Classement 19/20

Extrait BEC - ESG, 01/02/20

Gimont - Vacquiers, 29/02/20